Comptoir de l'Inde

Inda-Bar est un restaurant chic et contemporain, ouvert depuis le mois de mars à Genève. Les saveurs exotiques ont transporté les sens de Marie-Adèle.

Par Marie-Adèle Copin

Comptoir de l'Inde
Image: Marie-Adèle Copin Le soir, on tamise la lumière pour une ambiance intimiste.
29 Juillet '17
retour +37 -54
29 Juillet '17
retour +37 -54

Il m’a fallu persévérer pour booker une table. Le restaurant affiche complet depuis son ouverture il y a cinq mois. Situé à la rue Blanvalet, aka la rue de la soif aux Eaux-Vives, Inda-Bar fait partie de ces lieux un peu hype dont les Genevois raffolent. Après cinq tentatives... Bingo! J’obtiens une réservation pour deux, à 19 heures. En ce mois de juillet, il fait beau et chaud, alors j’opte pour la terrasse. Il faut demander la table contre la vitre, celle avec le banc. Elle a un petit côté exclusif. 

À l’intérieur, un mur graphique illumine la pièce. Il y a plein de touches déco ici et là : des miroirs, des photophores dorés et de jolies coussins qui invitent à s’installer sur la banquette, chaque détail est pensé.

Image: Marie-Adèle Copin

Narguée par plusieurs de mes amis ayant testé le restaurant avant moi, je sais déjà quels sont les plats incontournables (entre 22 et 26 francs): roll d’agneau épicé, tempura de gambas et paneer rôti au tandoor, sans oublier le chicken 65 (des morceaux de poulet frits dans un mélange d'épices et de gingembre). Ici, on partage chaque assiette façon tapas. La présentation est soignée et sophistiquée. Big up pour les touches de fuchsia et de jaune citron qui éblouissent la rétine!

On est loin d’avoir la bouche en feu. Le chef, Kuldeep Rawat, précédent chef du Rasoi (restaurant indien de l’hôtel Mandarin Oriental) propose des plats aux saveurs complexes, jonglant entre le sucré, le salé et l’épicé.

Et si je devais mourir demain, j’aimerais qu’on m’enterre sous une tonne de ces naans à la mozzarella et au gruyère épicé et qu’on me recouvre de raita concombre.

 

Le Chicken 65 vit un véritable moment food porn.

Image: Marie-Adèle Copin

Mais d’abord! Cocktails s’il vous plaît! Ce sera un Basilic Instinct (Y aurait-il un jeu de mot?). Frais, pas trop sucré et surtout fort en gin. Après trois gorgées, me voilà au Nirvana.

Basilic Instinct: gin, St-Germain, concombre, basilic et prosecco.

Petite déception côté dessert. Il y a bien un naan au Nutella mais je n’aime pas la pâte à tartiner. Je me suis rabattue sur une salade d’ananas à la cardamone, sorbet banane. C’est frais mais sans plus.

Rue Henri-Blanvalet 23, Genève

Inda-Bar

  • Image: Marie-Adèle Copin

  • Image: Marie-Adèle Copin

  1. Slide 1

A lire aussi