Et on serre!

Hier, Amber Rose a posté une vidéo sur Instagram avec le fameux soutien-gorge adhésif qu’on voit partout sur le réseau social. Bon alors, ce soutif… Révolution ou arnaque?

Par Marie-Adèle Copin

Et on serre!
Image: Instagram sneakyvaunt
24 Mai '17
retour +48 -58
24 Mai '17
retour +48 -58

Si tu scrolles sur Instagram, alors tu as sûrement vu ton feed éclaboussé par ces vidéos sponsorisées pour Sneaky Vaunt, un soutien-gorge d’un nouveau genre. Il paraît qu'il est révolutionnaire. Oui, tu sais, celui sans bretelles qui colle à la peau. Il a un laçage devant qui permet de squizzer les seins. C'est idéal quand on veut porter un bustier ou avoir le dos nu. 

C’est un peu comme les masques noirs pour le visage. Tu vois la séquence une fois sans vraiment y prêter attention (parce que c’est marqué sponsorisé et qu’on s'en méfie toujours), puis une deuxième fois, puis au bout de la 100e fois, tu es perdue. Tu en veux un. 

Yep. We’re ready to sneak more than just a peak at @claudiasampedro and her girls.

A post shared by Sneaky Vaunt (@sneakyvaunt) on

Amber Rose a posté, hier, une vidéo de cet objet de désir sur Instagram. Si on doute légèrement de l’intégrité d’Amber (personne n’est dupe), il faut avouer que la démonstration est convaincante. Il y a du monde au balcon de la bimbo et pourtant, le fameux soutif semble tenir ses promesses: recentrer tout ça.

Mais tout de même, le doute persiste: Est-ce que ça tient vraiment toute une soirée? Est-ce que ça fait pas mal? Ou encore, est-ce que c’est flatteur pour ma poitrine?

Quatre rédactrices du magazine féminin «Allure», toutes avec des poitrines très différentes, l’ont essayé et la majorité d’entre elles sont convaincues: «Ils donnent un coup de fouet instantané à la poitrine», comme l'affirme Hailey MacMillen. Elizabeth Denton reste plus réservée: «Il n’y a pas de soutien, mais je me suis sentie moins nue que sans rien.»

Toutes confirment que les autocollants sont vraiment très adhérents et qu’il est même difficile de s'en débarrasser. La preuve, la troisième rédactrice, Jihan Forbes a poussé l’expérience un peu plus loin, en secouant ses seins à l’anniversaire de l'un de ses amis. Tout est resté en place. Une seule de ces quatre femmes, Devon Abelman, n’a pas aimé le porter: «J’ai eu la sensation de ressembler à une pin-up mal dessinée. Je me sentais mal à l’aise. J’avais hâte de l’enlever.»

We’re just sitting back and watching the likes roll in... @velabeauty you’re welcome.

A post shared by Sneaky Vaunt (@sneakyvaunt) on

A lire aussi