Les muses de Beyoncé

Elles s'appellent Yara Shahidi, Sophie Koella et Selah Marley. Elles brillent dans la nouvelle campagne de la marque d'«athleisure» de la chanteuse. Friday te présente ce casting qui ne laisse rien au hasard.

Par Célia Héron

Les muses de Beyoncé
Image: Instagram Yara shahidi L'Amérique métisse et fière de l'être. Ci-dessus, Yara Shahidi.
02 Février '17
retour +9 -5
02 Février '17
retour +9 -5

C'est sa semaine. D'abord, Queen B. a envoyé un faire-part de grossesse à la planète entière en postant mercredi sur Instagram une photo d'elle enceinte de jumeaux (cours de rattrapage ici). Puis sont apparues les toutes dernières photos de sa marques de vêtements Ivy Park.

La nouvelle collection athleisure mix d' «athletics» et de «leisure» (comprendre: fringues-sport-mais-dans-lesquelles-tu-n-as-pas-honte-de-croiser-une-connaissance) est arrivée. Pour la présenter, Beyoncé, qui se mettait jusque là en scène toute seule, a choisi trois jeunes filles. Elles ont en commun leur engagement politique. Présentations.

  1. Yara Shahidi, 16 ans

    L'actrice et mannequin est née à Minneapolis au sein d'une famille d'artistes. Son père, d'origine iranienne, est photographe, et parmi ses cousins figure le rappeur NAS. Après une série de pubs pour enfants, elle partage avec Eddie Murphy l'affiche de «Dans ses rêves», à l'âge de 9 ans. Elle a récemment joué dans plusieurs séries américaines, et s'est fait remarquer notamment dans «Black-ish».  

    Sur son compte Instagram, son engagement est omniprésent: sa photo de profil est celle d'un jeune Barack Obama, accompagnée du hashtag #WeTooAreAmerica («Nous aussi, nous sommes l'Amérique»). En légende de sa photo pour Ivy Park, partagée par Beyoncé et par elle-même, elle écrit: «Je veux être une fille puissante. Je veux être une fille puissante et de couleur. Une partie intégrante, puissante, de la génération Z. Je veux du courage». Elle est sur la bonne voie.

#AD “I’M HERE AND I AM SUPPOSED TO BE HERE, AND I AM PROUD OF THE BODY I AM IN.” @WEAREIVYPARK @BEYONCE #IVYPARK #BEYONCE

A post shared by Yara (يارا‎) Shahidi (@yarashahidi) on

  1. Sophie Koella, 18 ans

    La Franco-Américaine originaire de la Nouvelle-Orléans est apparue dans «Vogue» puis a commencé à défiler. Elle n'était pas vraiment intéressée par la mode avant de devenir mannequin, affirme-t-elle. Elle a été repérée alors qu'elle marchait dans les rues de Los Angeles. Sur son compte Instagram: des photos de la marche des femmes, des revendications politiques, bref: beaucoup d'action et très peu de selfies la bouche entrouverte. 

    En légende de sa photo postée par Ivy Park, on peut lire: «Je vois le commencement. Je vois la fin. Et je vois toutes les choses positives à venir. Si je distrais mon esprit, mon corps peut travailler pour atteindre des points qui semblent inatteignables». 

A post shared by Sophie Koella (@sophiekoella) on

  1. Selah Marley, 17 ans

    Voilà une «fille de», et même une «petite-fille de». Née de l'union de la chanteuse Laurin Hill et de Rohan Marley, fils de Bob Marley, le patrimoine culturel familial de Selah est assez unique.

    L'année dernière, le grand public a pu la découvrir dans le numéro spécial Gucci de «Vogue» (aux côtés de Sophie Koella, décidément) ainsi que sur les clichés du dernier show Yeezy, la marque de Kanye West. A Paris pour la Fashion Week, ses photos partagées sur Instagram ne montrent pas des salons de luxe ou des salles de bains 5 étoiles des quartiers touristiques, mais le Paris de tous les jours, avec ses marchés, ses barres d'immeubles, ses affiches électorales. 

A lire aussi