Quand les femmes parlent de sexe

Deux Québécoises ont demandé aux femmes de leur parler de ce qui les mène au plaisir, seules ou accompagnées. Le résultat est un recueil qui brise enfin les tabous. A l'occasion de la sortie du tome II, Friday a voulu en savoir plus.

Par Célia Héron

Quand les femmes parlent de sexe
Image: Caresses Magiques Suggérer peut s'avérer bien plus efficace que montrer.
19 Décembre '16
retour +46 -34
19 Décembre '16
retour +46 -34

«Mes pensées liées au sexe sont souvent inappropriées ou juste fucking bizarres. Et je n’en ressens pas nécessairement de la culpabilité, mais je ne voudrais pas les raconter». C'est pourtant ce qu'a choisi de faire l'auteure de cette phrase sur le site de Caresses Magiques, la plateforme créée par les Québécoises Sarah Gagnon-Piché et Sara Hébert.

Il s'agit d'«un projet éditorial féministe, (...) une invitation à raconter, à s’expliquer, à comprendre et à dénoncer certains aspects encore tabous de la sexualité des femmes». Entre autres, on y parle masturbation, désir, orgasme et fantasmes.

Après le succès du premier tome en 2014, un deuxième recueil de témoignages est sorti le mois dernier. Son titre: «Mécaniques mentales». La rédaction a souhaité poser quelques questions à ces deux Canadiennes badass.

La couverture du tome II, sorti en novembre 2016

Image: Caresses Magiques

Comment est né ce projet?
 

Sarah Gagnon-Piché et moi (Sara Hébert) avons fait de la radio ensemble de 2010 à 2013. Nous avions une émission humoristique, absurde et subversive (Les Préliminettes) à travers laquelle on abordait différents aspects de la sexualité. Il nous arrivait de parler ouvertement de nos propres expériences, de nos frustrations et des tabous liés à la sexualité des femmes et certaines femmes se sont confiées à nous. Nous sentions qu'il existait un réel besoin d'aborder la sexualité en dehors des clichés et du porno. Nous avons eue l'envie de mettre en commun nos expériences sur un blog et d'inviter les femmes à partager leur histoire, afin de faire tomber les tabous.

Nous avons lancé un appel de témoignages pour le premier numéro de Caresses Magiques en février 2014 qui invitait les femmes à s’exprimer à propos de leur parcours autoérotique. Nous avons publié ceux qui nous ont le plus interpellées sous la forme d’un livre lancé en novembre 2015. Nous avons édité ce premier tome avec la bédéiste Sophie Bédard.

Pourquoi avoir choisi le titre "Mécaniques mentales" pour le tome II?
 
Nous souhaitions mettre en avant plusieurs questions: Qu’est-ce qui génère le désir, l’excitation ou l’abandon chez elles? Quelles expériences ou habitudes ont marqué leur imaginaire érotique, leurs préférences sexuelles? Quel regard portent-elles sur leurs fantasmes? On a donc demandé aux femmes de réfléchir aux mécaniques mentales qui se rattachent à leur sexualité. Les textes publiés dans le tome 2 abordent aussi, entre autres choses, les difficultés qu’ont certaines à s’exprimer et à s’affirmer en contextes d’intimité. Ce livre, tout comme le premier, s'adresse aux femmes et aux personnes qui partagent leur vie.
 
Qu'est ce qui vous a le plus surpris en recevant les témoignages de ces femmes? 
 
La diversité des imaginaires érotiques. On a remarqué que des femmes lesbiennes peuvent se masturber en pensant à des hommes, que des femmes hétéros peuvent le faire en pensant à des hommes homosexuels, etc. Que l'imaginaire n'a parfois aucun lien direct avec l'orientation ou les préférences réelles des personnes. 
 
Quelle réaction espérez-vous/attendez-vous de la part des femmes ayant lu ce recueil féminin?
 
Les 2 livres présentent une pluralité d'expériences et de perspectives sur la sexualité. Nous espérons qu'ils suscitent des discussions intéressantes chez les femmes et les hommes qui le liront et qu'ils fassent du bien à celles et ceux qui entretenaient/ entretiennent une vision négative de leur sexualité. 
 
Des projets pour l'avenir de Caresses Magiques?
 
Nous souhaitons faire vibrer les témoignages publiés lors de soirées de lecture et peut-être les faire vivres sous  d'autres formes d'art... Nous contemplons aussi l'idée de recueillir des témoignages d'hommes quant à la sexualité puisqu'ils sont confrontés eux aussi à certains tabous et qu'ils sont eux aussi victimes des mythes entretenus dans les médias et la société en général sur la sexualité, liés notamment à la performance et au désir.

A lire aussi