Ma première fois, c’était…

...fun, horrible, vraiment génial... Des internautes partagent leur expérience sur le site MyFirstTime.com. Ces témoignages anonymes sont même devenus des pièces de théâtre.

Par Célia Héron

Ma première fois, c’était…
Image: AFP De quoi marque les esprits, pour le meilleur et pour le pire.
15 Décembre '16
retour +51 -53
15 Décembre '16
retour +51 -53

Que l'expérience ait été mémorable pour de bonnes ou de mauvaises raisons, tout le monde se souvient de ses premiers ébats. La plateforme MyFirstTime.com, comme son nom l'indique, invite les internautes à coucher (ha!) sur la Toile leurs souvenirs de jeunesse. Depuis son lancement en 1998, plus de 60'000 témoignages ont été recueillis et en près de 20 ans, ces derniers n'ont pas pris une ride.

Aujourd'hui, ces histoires rebondissent au théâtre. Des metteurs en scènes les ont adaptées en pièces comiques. L'une d'elles, «Ma Première Fois», a été créée cette année au Québec.

«J’étais étudiant en Suède…»

«Était-ce passionné et tendre? Bizarre et maladroit (comme pour la plupart d'entre nous)? Allez-y, faites-vous plaisir (...) faites un tour du côté de vos souvenirs! Tout ce que nous vous demandons, c'est d'écrire quelques lignes. Voilà une occasion d'immortaliser ces moments intimes (...) et. qui sait, peut-être que quelqu'un apprendra de vos erreurs!», expliquent les fondateurs (eux aussi anonymes) de ce site. 

Certains de ces récits ont été lus des centaines de milliers de fois. Certains sont vraiment marrants. «J'étais étudiant. C'était lors d'un échange en Suède en 2011. J'étais là-bas en plein mois de juin pendant la Journée mondiale des cyclistes nus», raconte un internaute. «Après la course à vélo, une jeune fille et moi nous sommes retrouvés dans le parc de la ville et avons commencé à discuter. (…) Elle m’a expliqué que certains participants faisaient l’amour ici même, après l’effort…» On peut imaginer la suite, ou la lire ici.

D'autres anecdotes sont moins originales. Certaines sont stupides. Rien ne peut assurer qu'elles soient authentiques. Mais elles ont en commun d'être imparfaites et nous rappellent que les rapports auquel le porno a habitué des générations entières ne représentent en rien la réalité. 

 

A lire aussi