Es-tu une sapiosexuelle qui s'ignore?

Le terme, de plus en plus utilisé, s’applique à celles et ceux qui sont attirés sexuellement par les gens très intelligents. Une nouvelle app leur est d’ailleurs destinée.

Es-tu une sapiosexuelle qui s'ignore?
Image: Armani INTELLECT, on a dit.
08 Décembre '16
retour +48 -42
08 Décembre '16
retour +48 -42

Il t’a séduite en tenant «La Belle Du Seigneur» bien devant son nez dans le métro. Il est parti à la conquête de ton cœur en conjuguant correctement ses textos. Et c’est entre deux références à ses cours de philo que tu a cédé à tous les désirs qui te consumaient: tu viens peut-être grossir les rangs des sapiosexuel(le)s qui s’ignorent, et à qui s’intéressent de plus en plus près les sites de rencontres.

Le mot, qui vient du latin «sapere», «être sage», désigne tous ceux qui sont sexuellement stimulés par l’intelligence perçue ou véritable de leur interlocuteur.

Signe des temps qui courent: une nouvelle app, nommée «Sapio – Intelligent Dating» a été lancée mi-octobre cette année. Celle-ci promet à ceux qui «n'en peuvent plus des coups d'un soir superficiels», de faire des rencontre basées «autant sur l'intellect que sur le physique». 

OkCupid, le très populaire site de rencontre, avait par ailleurs permis dès 2014 à ses utilisateurs de se définir comme «sapiosexuels»: un choix qui a séduit plus de 9000 internautes, note le webzine Broadly

Le site du dictionnaire américain Merriam-Webster a même récemment placé le mot dans la catégorie «à suivre», pouvant mener à une nouvelle entrée dans sa prochaine édition.

Mais comme le souligne son site internet, ce n'est pas parce que le terme est tendance que le comportement qu'il désigne est nouveau. L'intelligence et la finesse d'esprit a toujours séduit hommes et femmes.

Plus intéressant en revanche: le fait que cette nouvelle catégorisation semble moins se préoccuper de la classique distinction des genres, qui était jusqu'à présent au centre des catégorisations en la matière (bisexuels, homosexuels, ou encore pansexuels).

A lire aussi