La sexe-tech oui, mais pas virtuelle

Une étude suggère que les femmes sont de plus en plus réceptives à l’utilisation de l’innovation technologique dans leurs rapports sexuels. Mais pour le moment, la réalité virtuelle ne convainc pas.

Par Marie-Adèle Copin

La sexe-tech oui, mais pas virtuelle
Image: AFP La réalité virtuelle a déjà révolutionné le monde du porno.
28 Novembre '16
retour +18 -22
28 Novembre '16
retour +18 -22

Les sextoys connectés pimentent nos relations. Les vibromasseurs se perfectionnent toujours plus, les boules de geisha peuvent être commandées à distance par ton partenaire... Même sur Kickstarter, on peut financer des vibros, une première sur la plateforme de crowdfunding.

On ne s'étonne donc guère quand on voit les résultats d'un sondage réalisé par Natural Cycle, une application qui aide les femmes à procréer. L'enquête relayée par le «Daily Mail» met en évidence que 40% des femmes britanniques admettent que l’innovation technologique rend le sexe plus amusant et plus agréable. La plupart des personnes interrogées (63%) disent utiliser ou voudraient utiliser des jouets sexuels et 9% ont déjà des gadgets connectés à leur smartphone.

En revanche, elles tiquent quand il s'agit de passer à la réalité virtuelle. Seules 16% des 2681 femmes interrogées (âgées de 17 à 50 ans) ont déclaré qu’elles aimeraient avoir des relations sexuelles en ayant recours à cette technologie informatique qui simule une présence physique. 

Pourquoi une telle timidité? On peut avancer le fait que, dans la grande majorité des cas, le porno virtuel (ou non) est fait par des hommes pour les hommes. D'autre part, le casque est accessoire un peu effrayant. D'où sans doute les réticences de la gent féminine. 

Dernière donnée, l’étude indique que 95% d’entre nous préféreraient abandonner les réseaux sociaux que le sexe, et ça, c’est une excellente nouvelle. Une pensée émue pour les 5% restants. 

Tradi vs. techno

Dans «Demolition Man» (1993), Sandra Bullock fait découvrir le sexe virtuel à Sylvester Stallone. Alors que sa partenaire commence à prendre son pied, lui, trouve ça beaucoup trop bizarre .

A lire aussi