Cartographie d’une chambre d’adolescente

A Londres, une exposition présente l’univers de teenagers, vivant chez leurs parents. A travers des documents originaux, l’événement scanne ce qui s'apparente à une maison dans la maison.

Par Emmanuel Coissy

Cartographie d’une chambre d’adolescente
Image: Kyna Gourley Détail de l'antre de Molly, 15 ans, résidant à East London.
14 Octobre '16
retour +14 -13
14 Octobre '16
retour +14 -13

Un laptop s’enfonce dans le duvet qui recouvre le lit. A coté, un Samsung dans une coque colorée. La présence de ces deux accessoires démontre que nous sommes au XXIe siècle. Ce serait même, aujourd'hui, une constante chez tous les 10-18 ans. Sans cela, cette photo d’une chambre d’adolescente pourrait être un témoignage des années 1990.

Un sac à dos Eastpak, des posters, des peluches, des bouquins, des gadgets bariolés et des figurines se mêlent dans un désordre organisé. Ah tiens! Autre indice temporel. Un mur est dédié à Justin Bieber. Un autel dans un sanctuaire, quoi de plus naturel? Car, oui, nous sommes dans un sanctuaire.

Chez Georgina, 15 ans, East London.

Image: Kyna Gourley

Détail de la chambre de Pearl, 17 ans, East London.

Image: Kyna Gourley

Cette image fait partie de «Teenage Bedrooms», une petite exposition qui vient de débuter au Geffrye, musée spécialiste de l’habitat à Londres (à voir jusqu’en mars 2017). L’événement réunit des documents originaux (photos, entretiens, installation, objets) qui rendent compte de l’intimité de 26 ados londoniens, filles et garçons. Carey Newson est curatrice de cet événement. Elle est allée à la rencontre des jeunes, directement dans des écoles, pour trouver des volontaires.

Elle raconte cette aventure dans un article du Huffington Post. «En parlant de leur chambre, les ados parlent aussi des personnes et des lieux qui leur sont chers. Les discussions portaient souvent sur l’importance du souvenir et sur le dilemme causé par ces objets à jeter ou à conserver dans un espace réduit

Chez Freya, 15, East London.

Image: Kyna Gourley

L'antre d'Emily, 17 ans, East London.

Image: Kyna Gourley

Derrière le panneau Stop qui orne (souvent) la porte, se trouve une maison (à soi) dans la maison (des parents). «Leurs chambres peuvent sembler chaotiques. En fait, c’est un chaos qu’ils comprennent et où ils ont appris à naviguer. C’est un mélange fascinant. Tout l’espace s’articule autour de leur personne», ajoute la chercheuse. «Un des ados que j’ai interviewé m’a expliqué que sa chambre était une bonne représentation de ce qu’il avait été et de ce qu’il avait vécu les sept années précédentes.»  

La chambre de Shanah, 18 ans, et Bridie, 16 ans, dans le nord de la capitale. 

A lire aussi