«Ni bi, ni gay: je suis pansexuelle»

Miley Cyrus évoque sa sexualité dans une interview, qui vient de paraître. Elle dit être attirée par un être quel que soit son genre ou son orientation sexuelle.

«Ni bi, ni gay: je suis pansexuelle»
Image: AFP La jolie princesse Disney s'est transformée en rocker.
13 Octobre '16
retour +41 -109
13 Octobre '16
retour +41 -109

Qu’on l’adule pour son franc-parler ou la déteste pour sa vulgarité marketée de toutes pièces, Miley a le mérite de parler cash de certaines questions de société, qui trouvent tout d’un coup une place dans les magazines ultra maintream.

Dans un long entretien accordé à «Variety» cette semaine, la chanteuse de 23 ans réitère sa «neutralité» en matière de genre: elle ne se sent ni homme, ni femme (et visiblement Liam Hemsworth n’y voit aucun inconvénient).  

«Toute ma vie, je n’ai jamais vraiment compris ma propre sexualité. J’ai toujours détesté le mot ‘bisexuelle’, parce qu’il me met une étiquette. Je ne pense jamais au fait que quelqu’un soit un garçon ou une fille. (…) J’ai commencé à ouvrir les yeux autour de 10-11 ans. La toute première ‘relation’ de ma vie a été avec une fille».

Elle en profite pour revendiquer son droit à être attirée sexuellement par tout être consentant, hors étiquettes et catégories, même si le sujet n’a pas toujours été simple pour son entourage.

«J’ai grandi dans une famille religieuse, très sérieuse du sud des Etats-Unis. Même dans les moments où mes parents ne comprenaient pas, je me disais juste qu’ils comprendraient un jour. Ma mère est une rockeuse des années 80 avec de longs cheveux blonds, une grosse poitrine, elle adore être une fille. Moi, je n’ai jamais ressenti ça.  (…) Le sentiment «d’aimer être une fille» ne m’a jamais parlé. Mais parallèlement, être un garçon n’avait pas l’air fun non plus. Je crois que l’alphabet LGBTQ pourrait continuer indéfiniment. Mais il y a un «P» qui devrait en tous cas y être ajouté, pour Pansexuel. (ndlr : attirance sexuelle pour une personne de tout sexe ou genre).

«J’ai compris que j’étais pansexuelle au moment où j’ai compris ce que cela signifiait. Je suis allée au centre LGBTQ à Los Angeles et j’ai commencé à entendre ces histoires. J’ai rencontré une personne en particulier qui ne s’identifiait ni comme homme, ni comme femme. Il/Elle avait l’air d’être les deux. Beau et sexy et dur mais vulnérable et féminin mais masculin. (…) C’était la première personne ‘neutre’ que j’ai jamais rencontrée».

«Même si j’ai l’air d’être très différente, je me sens plus neutre que ce que les gens croient. Une fois que j’ai compris mon genre, celui qui m’a été assigné, j’ai pu comprendre davantage ma sexualité, je me suis dit « Oh – c’est pour ça que je ne me sens ni hétéro, ni gay. C’est pas ce que je ne suis ni l’un ni l’autre». Tout simplement.

A lire aussi