La bière, c'est chic!

Ces dernières années, la bière artisanale a conquis ses lettres de noblesse dans la gastronomie. Oui, oui, ce nectar s’accorde également aux mets raffinés. Même au dessert!

Par Marie-Adèle Copin

La bière, c'est chic!
Image: Phaidon La bière blonde, bue très fraîche, se marrie bien avec le fromage.
07 Octobre '16
retour +19 -11
07 Octobre '16
retour +19 -11

Exit la chope de bière à l’heure des cacahuètes. Aujourd’hui pour trinquer hype, la bibine se sirote dans un verre à pied (le petit doigt levé) et en mode grande cuisine. Les exemples de chefs ayant élargi leur liste de bières abondent. A l’image de Daniel Burns, (cuisinier du très branché Luksus à Brooklyn), l’unique toque étoilée à associer ses plats exclusivement à de la bière. Son manifeste «Food & Beer» sorti en mai, est le livre que toutes les foodistas doivent avoir dans leur cuisine. Il explore la philosophie de cet alcool, donne des recettes mais surtout, c’est une bible sur les relations entre nourriture et bières.

Une relation que le Café Beau-Rivage à Lausanne tente également d'approfondir. Pour sa Quinzaine de la bière, le chef Olivier Gerber a élaboré un menu sur mesure autour des bières artisanales suisses Docteur Gab’s.

Image: MyP Media Services

Peu de choses m'enthousiasment autant que la bière et la bonne chère. Voilà pourquoi j'étais tout excitée à l'idée de déguster, hier soir, un menu qui célèbre cette boisson. Enfin un événement qui élève la bière au statut qu'elle mérite. Alors goûtons!

On commence tout en légèreté avec une bière blanche, fruitée et peu forte en bouche. La raviole de ricotta aux agrumes qui l'accompagne, fait ressortir les notes d’écorce amères et de graines de coriandre de la bière. De quoi mettre nos papilles en éveil.

Après cette mise en bouche, on peut partir sur des bières plus houleuses (brunes). On sent ce malt caramélisé tout en rondeur qui s’associe à merveille avec des mets relevés ou des saveurs fortes, comme le tataki de thon rouge au gingembre confit et curry rouge. 

 

Image: Phaidon

Au fur et à mesure que les plats défilent, je me laisse embarquer dans le voyage de plus en plus sombre de la bière. Parce que pour le dessert, on est sur une noire. Je fais un petit blocage avec les bières noires car je les trouve souvent âpres et difficiles à boire… Je les attends donc au tournant. Arrive alors mon petit miracle de la soirée: une poire pochée à la bière et noix de pécan caramélisées avec sa glace à la «Ténébreuse». Avec cette «Ténébreuse» plus pétillante que les précédentes, plus fraîche également, on sent des arômes de café, de réglisse… j’ai été conquise dès la première gorgée. Je ne l'aurais jamais bue dans un autre contexte, c’est véritablement une belle surprise.

A Brooklyn, il faut traverser le bar Tørst pour accéder au Luksus. 

Image: Phaidon

Je ne pense pas que la bière puisse définitivement remplacer le vin. Personne n'aurait la prétention de penser ça d'ailleurs, même chez les puristes de la chope. La différence, c'est qu'elle sera toujours décontractée quand elle est accompagnée d’un burger ou quand elle joue dans la cour des grands. La preuve avec Daniel Burns, à Williamsburg, et Olivier Gerber, en ce moment à Ouchy.

Image: Phaidon

A lire aussi