Emily Ratajkowski met les points sur les «i»

Alerte au coup de gueule (encore un!) du top américain. Très engagée, la Californienne signe un essai féministe et cinglant.

Par Célia Héron

Emily Ratajkowski met les points sur les «i»
Image: AFP Avec ses prises de position, on aimerait presque la voir se lancer en politique.
07 Septembre '16
retour +24 -13
07 Septembre '16
retour +24 -13

Elle est de retour! Aaaah… Emily Ratajkowski, ses mensurations improbables, ses photos Instagram qui nous donnent envie de retourner nous coucher, ses… pamphlets antisexistes. Après une lettre ouverte à ses détracteurs dans la newsletter de Lena Dunham, «emrata» (pour les intimes) persiste et signe.

Aujourd’hui, c’est dans Glamour US que le top de 25 ans rédige un essai féministe cinglant. La question qui la taraude: Pourquoi, en 2016, existe-t-il encore deux poids deux mesures entre hommes et femmes? 

La belle revient notamment sur les insultes reçues après avoir affiché son soutien au sénateur démocrate Bernie Sanders dans le cadre de l’élection américaine. «On m’a tellement accusée de chercher à tout prix à attirer l’attention que je m’y suis presque habituée. Et en tant que femmes, nous sommes bien souvent accusées de chercher à nous faire remarquer, que ce soit parce que nous prenons position en matière de politique, comme je l’ai fait, parce que l'on s’habille d’une certaine façon, ou parce que l'on poste un selfie». Son constat: aux hommes, on ne reproche rien.

A post shared by Emily Ratajkowski (@emrata) on

«A en croire notre société, les femmes ne peuvent être sexy ET sûres d’elles ET impliquées politiquement. Ce serait nous donner trop de pouvoir. Au lieu de cela, on nous demande de déclarer et justifier nos motivations, ce qui nous oblige à les remettre en qustion. Et pendant ce temps-là, les hommes font ce qu’ils veulent».

Qui pointer du doigt? «Ce sont souvent les hommes qui sont à l’origine de ces actes de sexisme, mais les femmes se rabaissent mutuellement aussi» au lieu de se soutenir et de prendre la défense les unes des autres. La faute à la compétitivité vers laquelle on pousse les filles, selon elle.

 

«(…) Si une femme s’habille d’une certaine façon (ndlr: ou ne s'habille pas... du tout) parce qu’elle cherche à attirer l’attention des hommes ou de qui que ce soit, est-ce que cela la rend ‘coupable’ de quelque chose? Moins ’sérieuse’?» demande-t-elle.

«Le monde féministe idéal ne devrait pas être un monde dans lequel les femmes écrasent leur désir de se faire remarquer. La responsabilité de justifier chacun de nos mouvements ne devrait pas nous incomber. On ne devrait pas avoir à présenter nos excuses non plus. On ne doit aucune explication à personne. Ce n’est pas notre responsabilité de changer la façon dont nous sommes perçues – c’est la responsabilité de la société de changer la façon dont elle nous voit».

BAM.

A lire aussi